Les morts ont-ils froid sous la terre?

Quand j’étais petite fille et qu’on jouait sur la plage durant les vacances d’été, mon papa me disait toujours que pour trouver de la fraîcheur, il fallait creuser dans le sable. Pendant que j’enfonçais mes doigts dans les milliards de billes minuscules, j’observais du coin de l’œil la réaction de mon père impatient de connaître le résultat de mon expérimentation. Plus mes doigts s’éloignaient de la surface du sable, plus je sentais l’agréable fraîcheur me rafraîchir. D’abord les mains, puis les bras, et finalement le corps tout entier. « Magique ! », soufflais-je à mon père, tout heureux de jouer les apprentis sorciers tout en m’enseignant les rudiments de la géothermie.

Le vent glacial soufflant sur mon visage a réveillé ce doux souvenir d’enfance. L’hiver cette année est particulièrement rude. La neige a recouvert de son manteau blanc les tombes immaculées du cimetière. Au pied de la tombe, l’ancienne petite fille que j’étais ne peut s’empêcher de demander: « Papa, as-tu froid là-dessous? »

C’est idiot. Tout le monde sait que les morts ne peuvent pas avoir froid. Les morts sont froids. C’est étrange, cette différence entre le verbe « avoir » froid, qui s’applique au vivant, tandis que le verbe « être » est utilisé pour parler d’un mort… cette personne proche de nous qui n’est plus. La mort et le froid. Les expressions autour de cette image ne manquent pas. Ce n’est guère étonnant, quand on sait que la température corporelle d’un défunt baisse quasi-instantanément après l’expiration du dernier souffle. Alors, comment un mort pourrait-il avoir encore plus froid ? Et puis, un mort ne ressent rien. On parle du « corps inerte », c’est-à-dire l’absence de sensations inhérente à la mort. Dans le deuil, nous devons nous faire à l’idée que la personne qu’on a tant aimée, n’est plus qu’une dépouille mortelle. Oui, mais…

Qu’en serait-il si nous découvrions que même si l’enveloppe charnelle est morte, l’âme des défunts est toujours bien vivante? Si nous apprenions qu’à travers l’âme, nos défunts sont capables d’éprouver des sensations? Si la preuve était apportée que la mort physique était dissociée des sensations de l’âme: le froid, le chaud, le souffle du vent, l’odeur de la terre, le murmure d’un proche venu se recueillir sur la tombe…?

J’ai posé la question à mon mari, plus cartésien que moi. Il a fallu que je prenne mon courage à deux mains, craignant qu’il ne s’inquiète pour ma santé mentale… Contre toute attente, sa réponse m’a réconfortée. « Je comprends le sens de ta question. Ton papa n’a pas froid, ne t’inquiète pas. »

Dans le deuil, on ne peut s’empêcher de se soucier du bien-être de nos proches. Même lorsqu’ils sont morts. Certains trouveront cela stupide ou macabre. Mais moi, j’aime bien croire que là où il est, mon papa ressent lui aussi – comme moi qui suis toujours vivante – les effets de la météo. Cela signifie que, de là où il est, il peut m’entendre quand je lui parle, ressentir l’amour que je lui porte, et me voir quand je viens lui rendre visite au cimetière…

Quand j'étais enfant et qu'on jouait sur la plage l'été, mon père m'apprenait à trouver la fraîcheur en creusant dans le sable

Sur la plage, mon père m’apprenait à trouver de la fraîcheur en creusant dans le sable…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s