J’ai crié sur mon bébé

Je me croyais incapable d’une telle chose, et pourtant, je l’ai fait. J’ai crié sur mon bébé…

J’ai crié, parce qu’il s’est réveillé au beau milieu de la nuit et ne voulait (ou ne pouvait) plus dormir. J’ai crié, parce que cela se reproduit presque chaque nuit depuis bientôt neuf mois. J’ai crié, parce que je n’en peux plus de ces nuits en pointillés. J’ai crié, parce que j’ai besoin de sommeil, parce que j’ai besoin de dormir pour guérir. J’ai crié, parce que plus je m’évertuais à l’endormir, et plus il s’amusait dans son lit, comme s’il éprouvait du plaisir à se moquer de moi. Offensée, vexée de ne pas pouvoir contrôler ce petit être imprévisible et innocent, au bout d’une heure, j’ai craqué. Furieuse, je suis revenue dans ma chambre et j’ai crié « ta g***! » depuis mon lit.

Ensuite, j’ai pleuré, pleuré.

Mon mari m’a reproché de devenir hystérique. Je n’ai pas cherché à me justifier, car j’ai tout de suite pris conscience de la violence de ma réaction. J’avais perdu le contrôle sur moi-même et c’était pas beau à voir. A ce moment-là, j’ai pensé que je ne pourrais plus jamais regarder mon mari ni mon enfant dans les yeux. Alors, je me suis réfugiée dans la salle de bain.

En réalité, si j’ai crié, ce n’est pas à cause de mon bébé. Ce cri a libéré toute la colère enfouie en moi. Je suis en colère contre la vie, contre la mort, contre ma mère, contre le monde entier. Je me suis trompée de cible. Mon bébé n’y peut rien, il n’a besoin de rien d’autre que de soins et d’amour. Il vit au rythme de ses propres cycles de sommeil lesquels, malheureusement, ne sont pas calqués sur les nôtres. Le deuil, le chômage, la déprime sont des notions (heureusement) inconnues pour lui.

J’ai honte. Je ne suis pas fière de ce que j’ai fait. J’ai crié et je m’en veux. Mais il est trop tard, c’est fait et je ne peux plus retourner en arrière. J’ai crié contre ce petit être que j’aime plus que tout au monde, et cette injustice est impardonnable.

Cette nuit, mon bébé s’est réveillé et le côté obscur de sa maman s’est révélé.

Publicités

7 réflexions sur “J’ai crié sur mon bébé

  1. Je n’appèlerais pas ça une erreur mais plutôt une expérience. Il ne faut pas culpabiliser car cela n’est pas productif (et il n’y a, au final, aucun dommage si ce n’est celui que tu t’infliges). Réfléchir comme tu le fais aux raisons par contre, c’est très judicieux. Il faut, je pense, réfléchir à ce que tu peux mettre en place pour faire sortir la colère (et peut-être ne pas attendre le moment incontrôlable qui est naturel, humain). Je me souviens d’un jour où, épuisée, j’ai hurlé comme une folle dans ma voiture au point qu’un type est venu me dire que j’étais folle à lier et plein d’autres choses que je n’ai pas entendues assourdie par l’émotion. Ma colère ne visait personne et la tienne non plus. Le théâtre est un très bon moyen de faire sortir toutes les ondes négatives qui pullulent dans notre esprit. Je n’ai pas d’autre remède à proposer si ce n’est de ne pas culpabiliser sinon tu vas vite revenir à un état de colère. Autorise-toi de ne pas aller bien, c’est déjà un pas pour aller mieux. J’espère que je n’ai pas trop été dans le préchi-précha et conseils à deux francs d’une fille qui n’a pas encore d’enfant. A défaut de pouvoir totalement comprendre, j’essaie. Courage et autorise-toi une chose agréable rien que pour toi!
    Alice.

    J'aime

    • Merci Alice pour ces doux mots. Rassure-toi, ce sont loin d’être des « conseils à deux francs », bien au contraire. Oui, le théâtre est certainement un bon catalyseur, le mien, c’est la musique; je crois de toute façon que l’art et la créativité sont une aide précieuse. Alors, sur tes bons conseils on va tâcher de ne pas trop culpabiliser ces prochains jours et de se (re)concentrer sur des choses positives et agréables.
      Merci d’avoir pris le temps de m’écrire et de m’avoir fait sourire.
      Lily

      Aimé par 1 personne

  2. https://jumeauxlexperienceimpossible.wordpress.com/2013/11/19/2909/ c’est normal de culpabiliser, tu devrais expliquer à ton enfant pourquoi tu as crié, il faut travaillé sur soi, ça demande du temps, tu as des failles il faut les accepter et composer avec. J’ai mis un lien, un blog qui m’a aidé un peu, ça te permettra de voir que tu n’es pas seule, que ça arrive. je pense que tu devrais en parler à ton mari aussi, lui expliquer pourquoi tu as un peu « peter les plombs » :-), qu’il ne perde pas confiance et aussi ce lien sur le même blog. https://jumeauxlexperienceimpossible.wordpress.com/2013/10/ bon courage

    J'aime

    • Merci pour le lien et les conseils. Ce n’est pas facile d’avouer nos faiblesses, surtout dans notre société où tout est basé sur la performance. Mais je constate que de plus en plus de mamans osent en parler, alors il y a de l’espoir! Merci et bon courage aussi avec les jumeaux 🙂

      J'aime

  3. Je ne sais pas si ce post est toujours d’actualité ou si tes nuits sont meilleures 😉
    Le commentaire d’Alice est très juste, j’aurais dit la même chose et j’ai des jumeaux ! Ils ont mis très (l’un des 2 surtout) longtemps à dormir toutes les nuits d’affilé (16 mois) avec certaines bonnes nuits avant. Mon mari bossant de nuit j’étais seule à gérer le coucher qui était aussi pourri que les nuits >_< Tout ça pour dire que j'ai crié plein de fois sur eux 😥 et je sais ce que tu ressent mais c'est humain de craquer, sinon tu accumules tout à l'intérieur et c'est pas top. Y a bien une époque ou empêcher de dormir ou réveiller à n'importe quel moment était une technique de torture, c'est pas pour rien ! On peut devenir fou sans dormir donc avoir un sommeil chaotique est très très dur !
    J'espère que tout va mieux 😉

    J'aime

    • Coucou Madame Champignon,

      Merci pour ton message. Après des mois et des mois de chaos nocturne, ça y est, les choses commencent à rentrer dans l’ordre: notre petit monstre – qui vient de souffler sa première bougie – parvient enfin à faire des nuits correctes! Autrement dit, plus de cri, plus d’énervement ni de tension due à la crainte de se voir réveiller toutes les deux heures (tu fais bien de rappeler qu’autrefois on utilisait cette technique pour torturer les gens!) Par contre, le coquin aime se lever avec les poules: 5 heures du matin!! Bon, on ne peut pas tout avoir… On le laisse dans son lit jusqu’à 6 heures, pendant ce temps, il joue, il babille, il nous appelle mais on tient bon. On va dire que j’apprends à vivre avec un quota d’heures de sommeil inférieur à celui que j’ai connu durant ces 38 dernières années… 😉

      Wouahou, dire que je me plains avec 1 seul bébé, je n’ose pas imaginer ce que tu as dû traverser avec des jumeaux qui ne faisaient pas leurs nuits correctement! Et devoir gérer cela un peu seule, ça a dû être très dur ! J’espère aussi que tout va bien maintenant de ce côté-là. 🙂

      A bientôt!
      Lily

      J'aime

  4. Contente que ça aille mieux 😉
    Oui je vois ce que tu veux dire avec le quota 😀
    Je pense vraiment que quand bébé ne dort pas la nuit, qu’il y en ai un ou 2, c’est plus ou moins la même chose dans l’accumulation de la fatigue. J’ai eu la chance que mon mari se retrouve au chômage juste après leur naissance et pendant un an à peu près, donc je n’étais pas seule 😉 Et c’est la toute la différence car on entend souvent « waouh des jumeaux, ça doit être dur ».. en fait, ça doit être plus dur pour une femme élevant seule son enfant, sans famille (très présente) que pour une femme ayant des jumeaux mais avec un mari et beaucoup d’aide de la part de la famille ! La difficulté de la gémellité réside ailleurs ^^

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s