Ce que « travailler à plein temps » signifie pour une maman

maman à plein temps

Alors, c’est qui le boss?

Dans le monde professionnel, travailler à plein temps signifie accomplir un volume hebdomadaire de 40 heures de travail, généralement du lundi au vendredi. Dans le monde d’une maman, travailler à plein temps signifie VRAIMENT travailler à plein temps, autrement dit, TOUT LE TEMPS.

Tu as beau avoir choisi d' »arrêter de travailler » (il faudrait penser à changer cette expression), et être accompagnée d’un homme impliqué dans la vie de bébé, cela n’y change rien: le temps plein est inhérent à la condition de maman. Mon emploi du temps est à peu près celui d’un député, d’un ministre, ou d’un chef de gouvernement: il y a tout le temps quelque chose à faire, et quand je pense avoir un peu de répit, c’est là qu’une catastrophe se produit.

Ma journée de travail commence dès 6 heures du matin: bébé n’est pas seulement réveillé, non, il est déjà entré en action. Sa joie de vivre matinale m’épate: il ne connaît pas encore les matins difficiles, non, chaque matin, alors que les poules sont à peine levées, mon poussin rit déjà à pleines dents (il en a quatre), m’assène d’onomatopées bizarrement drôles et impossibles à décrypter (d’autant plus que tu as la tête dans le pâté), et bourré d’énergie, démarre sa séance de gymnastique  sur la table à langer. Moi, la maman, je suis censée montrer l’exemple, alors j’essaie de faire bonne figure en lui offrant un sourire légèrement crispé, d’ailleurs je me demandes comment il fait pour ne pas être effrayé en voyant ma tête de zombie avec mes cheveux ébouriffés. Et tandis que je suis là, à changer sa couche bien pleine (et bien odorante) alors que tout le quartier dort encore, je repense à la bonne vieille époque où je pouvais traîner au lit avant d’aller me doucher tranquillement.

La machine est lancée: repas, jeux (avec chutes éventuelles), promenade, couches… Mon boss me sollicite à tout va, il ne se soucie pas de mon état de fatigue, il ne me laisse aucun répit. Il va falloir tenir le rythme jusqu’à l’heure du déjeuner.

Après le déjeuner, la tradition veut que le boss fasse la sieste. Ouf. Je profite de cette heure de libre pour prendre un café, admirer le temps qu’il fait dehors, faire un petit jogging, aller rendre visite à une copine… Ah non, pardon, je rêvais! Reprenons. Donc, je profite de cette heure de libre pour accomplir des tâches à haute valeur ajoutée, comme faire du linge, nettoyer les sols, préparer des petits pots, etc. Il faut faire vite, car tous ces projets devront être terminés dans les délais impartis. C’est du travail à l’aveugle: les délais sont fixés de façon unilatérale par le boss, et il ne les communique pas à l’avance.

En fin de journée, vers 17 heures, la fatigue commence à se faire sentir. Je serre les dents pour ne pas flancher: une vraie maman professionnelle ne lâche pas!

Dans le jargon journalistique, on parle de « bouclage » le moment où il faut terminer le journal qui sortira le lendemain; dans le jargon d’une maman, le bouclage a lieu vers 20 heures, au moment du coucher. J’aime bien les publicités pour le lait infantile où l’on voit maman donner son biberon à son bébé, tous les deux échangent un regard dans la douceur du soir… Chez moi, deux fois sur trois bébé refuse son biberon, s’agite sur mes genoux pendant que j’essaie de lui lire une histoire, puis il se débat dans mes bras pour ne pas aller au lit.

Et c’est ainsi qu’au bout de 14 heures de travail, maman à plein temps s’affale sur le canapé comme une grosse larve pleine de bave et de carottes en purée. Toujours aussi impliqué et plein de bonne volonté, mon homme propose de préparer le dîner. C’est gentil, car ce n’est pas de tout repos pour lui non plus qui va chercher le mammouth tous les jours pour nourrir la famille. Pourtant, je ne peux m’empêcher de penser que c’est injuste: lui aura son samedi et son dimanche pour se reposer un peu, mais pour moi, maman à plein temps, samedi et dimanche sont des jours comme les autres. Conscient de cela, mon homme m’annonce une bonne nouvelle: il rentrera plus tôt vendredi !

Moi: « Génial! (en mon for intérieur: enfin de l’aide + je ne serai plus seule + vive les papas)

Lui : « J’en profiterai pour tondre la pelouse. »

Moi: …

Je vous laisse, il faut que j’aille vider le lave-vaisselle.

Publicités

Une réflexion sur “Ce que « travailler à plein temps » signifie pour une maman

  1. Est-ce que ton mari ne peut pas s’en occuper toute une journée le week-end pour que tu ailles prendre un café, admirer le temps qu’il fait dehors, faire un petit jogging, aller rendre visite à une copine… ? 😉
    Est-ce que, objectivement, tu ne pourrais pas trouver des choses à « modifier » dans ton agenda de ministre pour t’alléger la tâche.; exemple : donner des petits pots tout faits (je ne connais pas tes autres tâches donc je ne peux pas donner d’autres exemples…). J’ai le sentiment que tu veux faire le mieux pour ton boss (cuisiner toi-même, …) en t’oubliant un peu. Mais qui voyage loin ménage sa monture !! Et ton boss ne dort qu’une heure ?? Est-ce que tu sors pour toi parfois (avec lui) ? shopping, café, balade…

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s