Et le deuxième, c’est pour quand…?

Et le deuxième, c'est pour quand...?

Et ils eurent beaucoup, beaucoup d’enfants…       (© Freepixels.com)

A chaque fois que je rencontre des personnes que je n’ai pas vues depuis longtemps, c’est la même question: « Et le deuxième, c’est pour quand…? »

En général, ce sont des amis qui n’ont pas encore d’enfants. Sans doute s’imaginent-ils que dès lors qu’on a réussi à fabriquer le modèle de base, la suite est facile, il suffit de lancer la chaîne de production jusqu’à ce que la capacité de production maximale soit atteinte. Dans ce cas-là, je réponds avec humour: « Ben vas-y, fais le premier et après on verra! »

Ne vous déplaise, non, je (nous) n’ai (n’avons) pas envie pour le moment de penser à un deuxième enfant. Le premier remplit déjà bien assez nos journées, et même parfois encore nos nuits. Un enfant, c’est un tsunami dans la vie du couple. Même quand on se croit préparé, on ne l’est jamais vraiment.

Mais pourquoi la question du deuxième bébé m’agace-t-elle à ce point? Sans doute parce que cela met le doigt sur un sentiment de culpabilité: celui d’être trop nulle pour arriver à gérer un seul bébé à la fois. D’autres parents, sûrement plus hardis que nous, enchaînent les bébés avec un rythme effréné, et le pire, c’est qu’ils font cela (apparemment) de façon naturelle!

« Non merci, je suis au régime »

A chaque fois, ma réponse m’inflige la désagréable sensation de décevoir mon interlocuteur. Dire « non merci, un seul bébé suffira », c’est comme répondre à une amie qui vous propose une autre part de son gâteau fait maison « non merci, je suis au régime », ce qui est sans doute vrai, mais elle pensera que le gâteau n’est pas suffisamment bon pour que vous ayez envie  d’en reprendre une deuxième part.

Votre interlocuteur vous regarde d’un air interloqué, cet air singulier propre aux personnes qui n’ont pas encore d’enfant et qui ne comprennent pas que vous ne soyez pas totalement comblée; il/elle semble surpris que vous puissiez laisser entendre qu’avoir un enfant, c’est dur, et que non, ce n’est pas le bonheur parfait comme celui qu’on voit dans le monde des Bisounours.

Alors, ai-je raison de dire la vérité, au risque de passer pour une mauvais mère? Ou bien, serait-il plus sage de donner à ces personnes la réponse qu’ils espèrent? Que penserait mon fils, s’il était capable de lire ces quelques lignes?

J’aime mon fils plus que tout au monde. Mais l’idée d’enchaîner les nuits blanches, les biberons, les dix couches à changer, les vomis, les pleurs des coliques, les pleurs de la faim, les pleurs du soir… oh, non, pas pour moi. Pas tout de suite.

Je veux profiter à fond de ce bébé qui chaque jour m’émerveille par ses progrès, me fait rire, me donne de l’amour et du fil à retordre aussi. J’aime l’idée d’avoir du temps rien que pour lui, ce qui permet aussi de laisser les vagues du tsunami s’atténuer un peu. Après, peut-être, pourrons-nous envisager l’avenir avec un autre enfant… j’ai dit peut-être!

Publicités

2 réflexions sur “Et le deuxième, c’est pour quand…?

  1. Ton fils penserait comme tu le dis si bien que tu préfères être au maximum de ta forme (autant que faire se peut) pour profiter de lui et le « guider » comme il faut 🙂 et c’est le plus important pour un petit bout de chou comme ça 🙂 Tu devrais dire la vérité ! De toute façon, les magasines féminins s’en charge pour toi, les langues se délient via les blogs, les émissions TV, les bouquins… 😉

    J'aime

  2. Tellement vrai… Je vois que tu n’alimentes plus ce blog (sur lequel je viens de tomber) mais je tenais à te dire que je ressens les mêmes choses quand on me pose la question !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s